Bertelsmann n’entrera pas en Bourse

468

La famille Mohn, détentrice de 17,3 % du capital du groupe et de 57,6 % à travers la Fondation Bertelsmann, soit en tout 75 % des droits de vote, ne veut pas entendre parler de la Bourse. Déjà en 2002 les Mohn avaient poussé vers la sortie Thomas Middelhoff, alors dirigeant de Bertelsmann, pour désaccords stratégiques, notamment sur l’opportunité d’une entrée en Bourse.

Le 25 mai 2006, jour de l’annonce du rachat au Groupe Bruxelles Lambert (GBL) des 25,1 % du capital qu’il détenait dans Bertelsmann, c’est la même stratégie qui l’a de nouveau emporté. En effet, le groupe du financier belge Albert Frère était entré dans le capital de Bertelsmann en 2001 en apportant avec lui RTL Group. Le pacte entre les deux actionnaires autorisait GBL à vendre en Bourse son capital à compter du 23 mai 2006. Mais, au nom de l’indépendance de l’entreprise et de sa culture, la famille Mohn a préféré débourser 4,5 milliards d’euros pour acheter la part détenue par GBL et devenir le propriétaire à 100 % de Bertelsmann. Le premier groupe de médias européen a financé ce rachat par un crédit qu’il compte rembourser rapidement grâce à sa forte rentabilité, mais également par la vente de Bertelsmann Music Publishing, le catalogue de droits musicaux de BMG (Bertelsmann Music Group).

L’activité d’édition de BMG n’est pas concernée par le rapprochement Sony – BMG qui porte sur la musique enregistrée (voir supra « La Cour européenne de justice annule l’autorisation de fusion Sony – BMG » ). Annoncé début septembre 2006, un accord entre Vivendi Universal et Bertelsmann a été conclu qui prévoit le rachat de BMG Music Publishing par le numéro un mondial du disque. Cette opération ne devrait pas poser de problèmes de concentration dans la mesure où Universal Music, leader dans la musique enregistrée, ne contrôle que 12,5 % (chiffres 2004) du marché de l’édition musicale. Avec BMG Music Publishing, Universal Music deviendrait également le premier éditeur de musique au monde (25 % du marché) juste devant Emi et Warner/Chappell Music.

Sources :

  • « Bertelsmann et Axel Springer contestés dans leur pré carré allemand », Antoine Jacob, Le Monde, 31 janvier 2006.
  • « Bertelsmann débourse 4,5 milliards d’euros pour échapper à la Bourse », Adrien de Tricornot, Le Monde, 26 mai 2006.
  • « Bertelsmann : 4,5 milliards pour éviter la Bourse », Cécile Cala, Le Figaro, 26 mai 2006.
  • « Le groupe Bertelsmann rachète au prix fort la participation de GBL », Patrice Drouin, et « La vente de l’édition musicale pourrait rapporter entre 1,1 et 1,3 milliard d’euros », Grégoire Poussielgue, Les Echos, 27 mai 2006.
  • « Avec le catalogue BMG, Universal Music devient le numéro 1 de l’édition musicale », Laurent Suply, Le Figaro, 6 septembre 2006

LAISSER UN COMMENTAIRE