eBay multiplie les alliances sur le marché de la publicité en ligne

497

Alors que les investissements publicitaires en ligne explosent depuis 2004, les géants américains d’Internet multiplient les alliances pour augmenter la fréquentation de leurs sites. En mai 2006, le leader des enchères en ligne, eBay, annonçait un accord « anti-Google » avec le portail Yahoo!. Limité au marché américain, cet accord entre eBay et Yahoo! repose sur quatre points : eBay confie à Yahoo! la régie publicitaire de son site ; en échange Yahoo ! adopte Paypal, le système de micro-paiement d’eBay, il développe également des services dits de click to call qui permettent à l’internaute de contacter directement par téléphone l’annonceur depuis le site Web. Cette fonction proposée par eBay repose sur le système d’appel entre PC mis en place par Skype, la société ayant été rachetée par eBay en 2005. Enfin, Yahoo ! et eBay s’engagent à développer une barre d’outils et de recherche commune afin d’augmenter le trafic d’un site à l’autre.

Le 28 août 2006, eBay annonçait un nouvel accord, cette fois-ci avec Google. Portant sur le reste du monde à l’exception des Etats-Unis, l’accord fait de Google la régie exclusive des publicités sur eBay. Google s’engage en retour à insérer le service click to call dans ses publicités, notamment dans les pays où la confiance relative dans Internet freine le décollage du commerce en ligne. En revanche, le click to call sera testé avec le logiciel Skype, mais également avec son concurrent Google Talk. Les revenus tirés de cette nouvelle forme de publicité interactive seront partagés entre eBay et Google.

Sources :

  • « Yahoo ! et eBay s’allient pour faire front à Google », Pierre-Yves Dugua, Le Figaro, 26 mai 2006.
  • « ebay : Google gagne les enchères publicitaires », Christophe Alix, Libération, 29 août 2006.
  • « eBay et Google pactisent pour exploiter le filon de la publicité », Valérie Collet, Le Figaro, 29 août 2006.
  • « Google prêt à toutes les alliances pour dominer la publicité mondiale », Michel Ktitareff, Les Echos, 5 septembre 2006.

LAISSER UN COMMENTAIRE