Les pratiques vidéo en Europe

463

Une étude Opinion Way – CNC analyse les pratiques de consommation vidéo en Europe sur cinq des principaux marchés : l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, l’Espagne et l’Italie. Réalisée entre le 18 octobre et le 3 novembre 2005 auprès de 5000 Européens possédant un lecteur DVD, cette étude propose une analyse des comportements d’achat, de location et d’emprunt (cercle familial, médiathèques) des DVD.

La consommation de DVD est inégale en Europe. Si la moyenne s’établit à 5,8 DVD par mois, les Britanniques en visionnent 7,1 en moyenne, les Espagnols 6,8, alors que les Français sont ceux qui en consomment le moins, avec 4,8 DVD par mois. Ces moyennes masquent des comporements d’achat opposés entre les publics et entre les pays. Ainsi, les Allemands achètent peu (5,1 DVD sur 10) et empruntent beaucoup (3,8 DVD sur 10), notamment dans les médiathèques. Acheteurs « raisonnés » ou « utilitaristes », ils sont les plus sensibles au prix de vente du DVD et ont, moins que les autres Européens, le réflexe du collectionneur. Aussi sont-ils ceux parmi les Européens à posséder la plus petite DVDthèque (37 titres en moyenne) et à s’intéresser le moins aux « bonus ».

Avec 80 titres en moyenne, les Britanniques possèdent à l’inverse la DVDthèque la plus importante d’Europe, ce qui s’explique notamment par l’ancienneté de la possession du lecteur (60 % des Britanniques équipés possèdent leur lecteur depuis plus de deux ans). Ce sont des « collectionneurs » par excellence qui achètent près de 6 DVD sur 10 et n’hésitent pas à offrir un DVD en cadeau.

Les Français louent peu de DVD et en achètent beaucoup de manière impulsive (67 % se décident au dernier moment) ou pour faire des cadeaux. Très sensibles aux publicités et aux réductions, leurs motivations d’achat sont rarement liées à une pratique cinéphile. C’est la raison pour laquelle les Français achètent beaucoup de DVD neufs dans les grandes surfaces et rarement de DVD d’occasion.

Marché du DVD le plus récent parmi les cinq pays étudiés (65 % des possesseurs de lecteurs DVD l’ont depuis moins de deux ans), l’Italie est au contraire la spécialiste de l’occasion (75 % des possesseurs de lecteurs DVD). Enfin, les Italiens sont 66 % à visionner systématiquement les bonus.

Les Espagnols, deuxièmes plus gros consommateurs de DVD après les Britanniques, sont les plus gros loueurs d’Europe avec 3,8 DVD sur 10 entrant au foyer (première source d’approvisionnement en moyenne, pratiquée par les deux tiers des possesseurs de DVD). Enfin, les Espagnols aiment pour 57 % regarder leurs DVD entre amis et recourent à l’occasion assez facilement.

Au final, les Européens se procurent des DVD d’abord en les achetant, ensuite en les empruntant, enfin en les louant.

L’approvisionnement en DVD varie également selon les catégories de publics. L’étude en distingue cinq :

  • les acheteurs raisonnés (28 % des acheteurs européens) : acheteurs réguliers et loueurs occasionnels, leur motivation d’achat est liée au prix (promotions, occasions) et à la connaissance du film (bande annonce, recommandation par des amis)
  • les collectionneurs (17 % des acheteurs européens) : gros acheteurs pratiquant peu la location, les collectionneurs regardent beaucoup de DVD et leurs bonus. Ils ont la DVDthèque la plus importante. Ils apprécient les éditions limitées, les collectors et prévoient en général leurs achats de DVD.
  • Les « ciné-clubs » (14 % des acheteurs européens) : acheteurs occasionnels et loueurs assidus, le recours au DVD est une alternative au cinéma. Ce public n’est pas collectionneur et se concentre sur une vision de films sélectionnés.
  • Les « utilitaristes » (13 % des acheteurs européens) : acheteurs occasionnels et loueurs réguliers, les utilitaristes aiment l’emprunt (médiathèque, amis) et évitent d’acheter des DVD ou alors bien après leur sortie, quand ils sont en promotion. Les utilitaristes ont tendance à acheter à la dernière minute quand l’occasion se présente. Leur acte d’achat reste motivé par la publicité et les recommandations d’amis.
  • Les fanatiques (7 % des acheteurs européens) : ils achètent le plus et sont les loueurs les plus assidus. Ils vont aussi beaucoup au cinéma et regardent beaucoup la télévision. Passionnés par l’image, ils achètent souvent les DVD dès leur sortie et sont très sensibles aux éléments techniques et aux collectors.”

Equipement audiovisuel des foyers possesseurs de DVD de salon

LAISSER UN COMMENTAIRE