Lancement, en Europe, de la PlayStation 3 de Sony

511

Le 23 mars 2007, avec quatre mois de retard sur les Etats-Unis et le Japon et un an par rapport aux prévisions initiales, Sony a lancé en Europe la PlayStation 3, sa console de jeu de nouvelle génération qui vient directement concurrencer la Xbox 360 de Microsoft, lancée fin 2005.

En elle-même, la PlayStation 3 est une machine surpuissante, ses capacités dépassant de dix fois celle de sa concurrente la Xbox 360, notamment en ma- tière de haute définition. Son coût, également, est particulièrement élevé, 599 euros contre 299 ou 399 euros pour les deux versions disponibles de la Xbox, qui est ainsi deux fois moins chère en version premium. Mais ce coût élevé s’explique d’abord par l’intégration dans la PlayStation 3 d’un lecteur de DVD haute définition au format Blu-ray. La Xbox 360, quant à elle, soutient le format concurrent, le HD-DVD, qu’elle propose toutefois en option. Enfin, la PlayStation 3 s’assimile à un véritable « mini serveur de divertissement », selon les dires de Georges Fornay, président de Sony Computer Entertainment France et vice-président Europe.

Mais les chiffres de vente sont décevants. Fin janvier 2007, Sony avait vendu 2 millions de PlayStation 3 au Japon et aux Etats-Unis. Pour le lancement en Europe – le 23 mars 2007 – Sony comptait écouler 1 million de consoles, l’objectif étant d’avoir vendu près de 6 millions de consoles dans le monde le 31 mars 2007, date de la fin de son exercice fiscal. Si Sony a effectivement expédié 5,5 millions de consoles en Europe fin mars 2007, les chiffres de ventes, en revanche, sont nettement en deçà, aux alentours de 3,6 millions d’unités vendues. En France, à la fin du premier trimestre 2007, les chiffres étaient d’ailleurs éloquents : les ventes les plus importantes concernent les consoles moins chères et grand public de Nintendo, avec 260 000 Nintendo DS écoulées et 144 000 Wii en trois mois. Suivent les consoles de Sony, la PlayStation 2 (92 000 unités vendues), vendue 129 euros, devance la PlayStation 3 (81 000 unités), la PSP se plaçant en quatrième position des ventes avec 90 000 unités vendues. Au moins Sony devance-t-il Microsoft dont la Xbox 360 ne s’est écoulée sur la période qu’à 43 000 exemplaires. Toutefois, depuis son lancement fin 2005, Microsoft a déjà écoulé 10,4 millions d’exemplaires de sa console de nouvelle génération. Reste donc à savoir si Sony parviendra à imposer sa PlayStation 3 et, avec elle, son format de DVD haute définition, le Blu-Ray.

L’enjeu, effectivement, est grand pour Sony qui traverse une période critique sur le plan économique. Ainsi, sur chaque PlayStation 3 vendue, Sony perdrait entre 250 et 300 euros et plusieurs années seront nécessaires avant que les économies d’échelle n’inversent cette tendance, la durée de vie d’une console étant comprise entre cinq et sept ans. Toutefois, pour réduire ses coûts, la version européenne de la PlayStation 3 a été amputée d’un composant disponible aux Etats-Unis, un microprocesseur coûteux qui rend compatibles les jeux de la PlayStation 2 avec la nouvelle PlayStation 3. Une incompatibilité qui pourrait dissuader certains joueurs de se tourner vers la PlayStation 3 qui ne dispose plus, dès lors, que de 25 jeux à son lancement.

Sources :

  • « Cure d’amaigrissement pour la PlayStation 3 », C.J., La Tribune, 12 mars 2007.
  • « La PlayStation 3 arrive enfin en Europe », M.C., Le Figaro, 19 mars 2007.
  • « La PS3 défie la Xbox sur le Vieux Continent », Sandrine Cassini, La Tribune, 22 mars 2007.
  • « Trente ans de consoles de jeux. Une industrie périlleuse », Nathalie Brafman, Clément Lacombe, Le Monde, 22 mars 2007.
  • « Avec la PS3, Sony part à la recherche de sa splendeur perdue », Nathalie Brafman, Philippe Mesmer, Le Monde, 23 mars 2007.
  • « Sony lance sa PS3 sur un marché européen stratégique pour lui », Grégoire Poussielgue, Les Echos, 23 – 24 mars 2007.
  • « La Nintendo DS mène la danse », Metro, 4 mai 2007.
  • « Sony paie l’échec du lancement de la PlayStation 3 », Michel de Grandi, Les Echos, 18 – 19 mai 2007.

LAISSER UN COMMENTAIRE