Endemol et Marathon revendues à des groupes de médias italiens

525

Les deux sociétés de production, Endemol et Marathon, viennent d’être revendues coup sur coup au profit de groupes de médias italiens. En ce qui concerne Endemol, le montage est compliqué, la société de production de renommée internationale ayant été rachetée à parts égales par son fondateur, le Néerlandais John De Mol, le groupe Mediaset, détenu à 35 % par la Fininvest de Silvio Berlusconi, enfin par GS Capital Partners VI Fund, un fonds d’investissements contrôlé par la banque Goldman Sachs.

Détenue jusqu’ici par Telefonica, l’opérateur espagnol de télécommunications, Endemol avait été officiellement mise en vente le 9 mars 2007 après que Telefonica eut déjà introduit en Bourse 22,3 % du capital de la société de production en novembre 2005. Le 14 mai 2007, les 75 % du capital restant ont finalement été vendus au plus offrant, le trio John De Mol – Mediaset – Goldman Sachs l’ayant emporté sur l’offre concurrente proposée par Stéphane Courbit, président d’Endemol France, le fonds d’investissements PAI et l’éditeur italien De Agostini. Si la présence de Stéphane Courbit, patron de la filiale française, la plus rentable des filiales d’Endemol, réintégrée dans la société mère en janvier 2006, jouait en faveur de l’offre française, reste que le rachat par John de Mol, depuis janvier 2006, de 5,15 % du capital d’Endemol introduit en Bourse, constituait également un argument de poids en faveur du trio victorieux. En effet, outre l’achat pour 2,63 milliards d’euros des 75 % de capital détenus par Telefonica, le trio s’est engagé à lancer une offre publique d’achat sur 25 % de capital restant, ce qui valorise Endemol à près de 3,4 milliards d’euros selon l’agence Bloomberg. Sur ce point, John de Mol, qui avait vendu sa société à Telefonica pour 5,5 milliards d’euros en 2000, réalise une belle affaire.

Pour Mediaset, le rachat du pionnier de la téléréalité, présent dans 22 pays à travers le monde, permet au leader de la télévision commerciale en Italie de se procurer des programmes moins chers et d’amorcer une véritable internationalisation. En effet, malgré sa présence en Espagne avec la chaîne Telecinco, Mediaset reste un groupe de médias italien qui peine à sortir de ses frontières, comme l’a montré l’échec du rachat du groupe ProSiebenSat.1 en novembre 2006. Désormais, avec Endemol, Mediaset pourra exporter son savoir-faire à l’international, comme l’expliquait le 7 mars 2007 Pier Silvio Berlusconi, fils du Cavaliere et vice-président de Mediaset, au quotidien hollandais Het Financieele Dagblad : « Une bonne idée d’émission n’est pas suffisante, nous ne sommes pas capables de la lancer hors de l’Italie et de l’Espagne ». La chose est désormais possible et Mediaset pourra concurrencer le leader européen de la télévision, RTL Group, qui possède également une des plus importantes société de production, FremantleMedia, dont le chiffre d’affaires annuel, 1,2 milliard d’euros, équivaut à celui d’Endemol. Pour Mediaset, l’enjeu est de taille au moment même où le groupe est fragilisé sur son marché national par la concurrence du bouquet satellitaire SkyItalia, détenu par Rupert Murdoch, et par l’effritement de ses revenus publicitaires, en baisse de 3,6 % en 2006, à 2,8 milliards d’euros. Cette baisse, quasi-structurelle du fait de l’effritement des audiences des chaînes nationales à l’heure de la multiplication des supports de diffusion de programmes audiovisuels, pourrait en outre être accentuée par le projet de loi sur l’audiovisuel italien qui limiterait la part de marché publicitaire des diffuseurs à 45 %, contre les 65 % actuellement détenus par Mediaset pour une part d’audience de 43 % grâce aux trois chaînes Italia 1, Canale 5 et Rete 4.

A peine un mois après la vente d’Endemol, la deuxième plus grande société de production en France, le groupe Marathon, qui résultait de la fusion, en janvier 2006, de Marathon, Marathon Media, Télé Images et Adventure Line Productions, changeait à son tour de main le 23 juillet 2007 au profit de l’éditeur italien De Agostini, candidat malheureux au rachat d’Endemol. Les chiffres sont sans commune mesure puisque la presse a estimé la transaction aux alentours de 300 millions d’euros pour le rachat des 75 % du capital de Marathon détenus par le fonds britannique Bridgepoint. A l’inverse d’Endemol, spécialisée dans la téléréalité (Big Brother, Fear Factor, Loft Story, Star Academy) et les jeux (Le Bigdil, A prendre ou à laisser), les activités de production de Marathon sont plus diversifiées. La société produit la série “Sous le solei”l, celle-ci n’ayant toutefois pas été reconduite par TF1 pour l’année 2008, ou encore le programme pour enfant “Totally Spy” ou les jeux “Fort Boyard” et “Koh Lanta”. Elle a généré en 2006 un chiffre d’affaires de 131 millions d’euros, contre 101 millions d’euros en 2005, et un bénéfice net de 25,4 millions d’euros. Pour De Agostini, ce rachat confirme sa stratégie de diversification dans l’audiovisuel, déjà amorcée dans d’autres pays européens.

Sources :

  • « Mediaset cherche à se développer internationalement avec Endemol », Salvatore Aloïse, Le Monde, 9 mars 2007.
  • « John de Mol apparaît favori pour reprendre Endemol », Véronique Richebois avec Didier Burg à Amsterdam, Les Echos, 12 mars 2007.
  • « Dernier jour pour les candidats à la reprise d’Endemol », Véronique Richebois et Elsa Conesa, Les Echos, 30-31 mars 2007.
  • « Endemol story, un succès télé réel et très regardé », Delphine Cluny, La Tribune, 25 avril 2007.
  • « La vente d’Endemol aiguise les appétits », Diane Cambon, Le Figaro, 12-13 mai 2007.
  • « Silvio Berlusconi et John de Mol emportent Endemol », Véronique Richebois, Les Echos, 15 mai 2007.
  • « Berlusconi et John de Mol rachètent Endemol », M-C. B. et R.H., Le Figaro, 15 mai 2007.
  • « Endemol ouvre les frontières au groupe de Silvio Berlusconi », Sandrine Cassini et Isabelle Repiton, La Tribune, 15 mai 2007.
  • « John de Mol et l’italien Mediaset rachètent Endemol », G.D., Le Monde, 16 mai 2007.
  • « Dépôt des offres sur le producteur Marathon », Enguérand Renault, Le Figaro, 14 juin 2007.
  • « De Agostini seul candidat sur Marathon », E.R. et P.G., Le Figaro, 30 juin – 1er juillet 2007.
  • « L’italien De Agostini en négociation exclusive pour racheter Marathon », N.S., Les Echos, 2 juillet 2007.
  • « De Agostini rachète le producteur audiovisuel français Marathon », Les Echos, 24 juillet 2007.

LAISSER UN COMMENTAIRE