Le métier de journaliste et l’information économique à l’heure de la révolution numérique

473

L’AJEF, la plus ancienne des associations françaises de journalistes, créée en 1956, propose avec ce troisième livre blanc (le premier est paru en 1970 et le deuxième en 1980) une analyse des mutations en cours dans le domaine de l’information. Rappelant la fragilité structurelle du secteur de la presse, l’AJEF s’interroge sur les conséquences, les opportunités comme les dangers, du passage au numérique pour le journalisme et pour l’information. Cinq dirigeants d’entreprises de presse, Eric Fottorino (Le Monde), Francis Morel (Le Figaro), Nicolas Beytout (Les Echos), Alain Weill (La Tribune) et Pascal Riché (Rue 89) témoignent de la difficulté à trouver un équilibre financier durable entre le papier et le multimédia.

Pour Nicolas Beytout, il faut transformer les rédactions afin que les journalistes travaillent sur tous les médias (papier, Web, téléphone, vidéo, télévision, etc.) tandis qu’Alain Weill ne croit pas « au mythe du journaliste multimédia contraint de cumuler quotidiennement des interventions sur tous les supports ». Enfin, et surtout, ce livre blanc énonce les principes de base du métier de journaliste, « qu’aucune nouvelle technologie ne saurait remettre en cause », l’indépendance et le professionnalisme, rappelant « qu’avec la crise mondiale, rarement le besoin et l’appétit d’informations économiques et financières, de plus en plus complexes, n’ont été aussi vifs ».

Le métier de journaliste et l’information économique à l’heure de la révolution numérique, Livre blanc 2010, Association des journalistes économiques et financiers (AJEF), 87 p., ajef.net, novembre 2009

LAISSER UN COMMENTAIRE