Le téléphone portable, mouchard de nos émotions

320

Il permettait jusqu’ici aux autres de savoir où l’on se trouve, à l’avenir le mobile dévoilera peut-être comment on se sent. Triste ou gai ?

Une équipe de chercheurs en psychologie et en informatique, dirigée par Cécilia Mascolo, du laboratoire informatique de l’université britannique de Cambridge, a adapté les techniques de détection des émotions au téléphone portable. « Emotion Sense » a été présenté au salon UbiComp (Ubiquitous Computer) fin septembre 2010 à Copenhague. Afin de détecter les différents états émotionnels des individus, l’application a nécessité d’intégrer dans un téléphone portable ordinaire un logiciel de reconnaissance vocale pour analyser cinq catégories d’émotions (joie, tristesse, peur, colère et neutre, c’est-à-dire ennui ou passivité), en plus de la technologie Bluetooth pour détecter si la personne est en compagnie d’une autre lorsqu’elle téléphone et d’un GPS pour la localiser.

Pendant dix jours, une expérience a été menée auprès de 18 personnes volontaires équipées d’un téléphone portable spécialement conçu pour enregistrer leurs émotions. Les personnes testées avaient pour obligation de noter dans le même temps leurs comportements sur un carnet. Les chercheurs ont ensuite croisé les diverses émotions exprimées avec d’autres paramètres tels que le moment de la journée où se sont déroulées les conversations téléphoniques ou encore la nature des relations entretenues par les personnes qui ont communiqué. Ainsi, le test a révélé que 45 % des émotions vécues à la maison sont « joyeuses », tandis que 54 % des émotions ressenties sur le lieu de travail sont « tristes », montrant ainsi l’influence du lieu sur l’état d’esprit. En outre, les personnes étudiées expriment plus volontiers leurs émotions en petit groupe qu’au sein d’une foule et manifestent davantage d’émotions intenses le soir que le matin. Ces résultats obtenus avec un téléphone portable concordent dans 70 % des cas avec les notes prises parallèlement par les volontaires tout au long de ces dix jours. Cela suffirait à montrer, selon le docteur en psychologie sociale Jason Rentfrow de l’université de Cambridge, que la technologie EmotionSense pourrait bien transformer la façon dont les scientifiques étudient les états psychologiques et les comportements sociaux, parce qu’elle permet, d’une part, de collecter les informations de manière objective et, d’autre part, d’analyser les personnes dans leur environnement naturel sans avoir besoin de recourir aux sondages qui comportent un certain nombre de limites.

Espérant trouver les financements nécessaires afin de reconduire ce test sur une plus grande échelle et d’améliorer cette application, Cecilia Mascolo voit dans le téléphone portable un outil parfait pour suivre à la trace les états émotionnels ou comportementaux d’un grand nombre d’individus, à moindre coût et sur une longue période. Si EmotionSense sort un jour de son laboratoire, les débouchés ne devraient pas manquer dans le monde du marketing et de la publicité.

Sources :

  • « The mobile phone technology that can tell if you’re happy or sad while making a call », MailOnline, dailymail.co.uk, September 29, 2010.
  • « Cambridge scientists prove “home is happiest” with help from mobile phones », Andrew Hough, telegraph.co.uk,  September 29, 2010.
  • « Le mobile qui capte nos émotions », Laure Belot, Le Monde, 27 octobre 2010.

LAISSER UN COMMENTAIRE