La lecture du livre numérique progresse

658

Entre mars et septembre 2012, le pourcentage des Français âgés de 15 ans et plus déclarant avoir lu, en partie ou en totalité, un livre numérique a plus que doublé pour atteindre 14 %. Dans le même temps, le pourcentage des personnes interrogées qui n’envisagent pas de lire un livre numérique reste élevé, quoiqu’il passe de 90 % à 78 %, selon le baromètre des usages du livre numérique réalisé par l’institut OpinionWay pour le compte des auteurs et des éditeurs (Sofia, Société française des intérêts des auteurs de l’écrit ; SNE, Syndicat national de l’édition et SGDL, Société des gens de lettres).

Publiée à l’occasion des 9e Assises du livre numérique en novembre 2012, la deuxième vague de cette enquête semestrielle révèle que l’édition numérique donne naissance à une nouvelle pratique de la lecture, bien plus que d’apporter de nouveaux lecteurs. Les lecteurs de livres numériques lisent déjà beaucoup (22 % au moins vingt livres imprimés par an), 65 % d’entre eux ont lu un livre imprimé dans le mois précédant l’enquête, contre 45 % pour les non-lecteurs de livres numériques. Pour 60 % des personnes interrogées, le numérique n’a aucun impact sur leurs habitudes de lecture ou d’achat.

Concernant l’équipement utilisé, 16 % des lecteurs de livres numériques ont une liseuse, une proportion qui reste stable. Tandis que l’usage de la tablette se généralise, 37 % en disposent en septembre 2012 contre 23 % seulement en mars 2012.

Le livre numérique est préféré parce qu’il est facile à stocker, à transporter et qu’il est moins cher ; alors qu’au livre imprimé correspond le plaisir d’offrir ou de partager, le confort de la lecture, la qualité et la variété de l’offre. Plus de 70 % des personnes interrogées ont déjà acheté un livre numérique, dont plus de 30 % ont acquis à chaque fois, ou parfois, la version imprimée.

Parmi les lecteurs de livres numériques, 58 % les achètent généralement alors que 41 % les acquièrent principalement gratuitement. Le prix du livre numérique est le plus souvent inférieur à 8 euros et l’achat se fait principalement sur les sites des opérateurs internet comme (Amazon, Apple Store, Google Play…), soit pour 41 % des personnes interrogées contre 28 % sur les sites des grandes surfaces spécialisées (Fnac, Virgin, Cultura…) et 18 % sur les sites des librairies. La pratique du prêt numérique, de l’abonnement ou de la location reste peu développée au profit du paiement à l’acte qui est privilégié par 64 % des acheteurs de livres numériques.

La littérature est de loin la catégorie d’ouvrages la plus lue (66 %) et la plus achetée (60 %) sous forme numérique.

Le piratage de livres numériques est relativement peu pratiqué, comparé à celui des autres biens culturels, même si 17 % des lecteurs de livres numériques déclarent y avoir déjà eu recours : 69 % parce que l’offre légale est jugée trop chère, 40 % parce que l’offre numérique légale n’était pas disponible et 14 % à cause de la difficulté d’usage liée aux DRM (Digital Rights Management, en français gestion numérique des droits).

Enfin, 53 % des personnes interrogées pensent que la lecture des livres numériques va augmenter, tandis que 58 % pensent que la lecture des livres imprimés restera stable. A titre de comparaison, le nombre de lecteurs de livres numériques est passé, entre 2011 et 2012, de 16 % à 23 % parmi les Américains âgés de 16 ans et plus. Pendant la même période, la part des lecteurs de livres imprimés a chuté de 72 % à 67 %. En outre, le nombre d’Américains équipés d’une tablette ou d’une liseuse est de 33 % fin 2012, contre 18 % fin 2011, selon le Pew Research Center.

Sources :

  • « Baromètre des usages du livre numérique », Vague 2, Sofia, SNE, SGDL, OpinionWay, 15 p., sne.fr, 8 novembre 2012.
  • «  E-book reading Jumps ; print book reading declines », Lee Rainie, Maeve Duggan, Pew Research Center, pewinternet.org, December 27th, 2012.

LAISSER UN COMMENTAIRE