RCS Mediagroup échappe aux familles du capitalisme italien

89

Après la famille Agnelli (Fiat-Chrysler), qui a limité son engagement capitalistique dans les médias après le rapprochement de La Stampa et de La Repubblica (voir La rem n°38-39, p.37), c’est au tour de RCS Mediagroup de passer sous le contrôle d’un véritable éditeur de presse.

RCS Mediagroup est l’éditeur du premier quotidien italien, le Corriere della Serra (350 000 exemplaires quotidiens, 2,3 millions de lecteurs), et du quotidien sportif La Gazetta dello Sporto. Il s’est séparé progressivement de ses autres activités d’édition (voir La rem n°37, p.36) pour se concentrer sur la presse et réduire son endettement. Le groupe milanais est en effet asphyxié par une dette qui s’élevait encore à 487 millions d’euros en 2015 alors qu’il affichait 176 millions d’euros de pertes. Fragilisé, RCS Mediagroup a ainsi fait l’objet d’une offre publique d’achat le 9 avril 2016 de la part du groupe Cairo Communication, son propriétaire, Urbano Cairo, voyant dans RCS une pépite qu’un bon management devrait permettre de redresser. Les grands acteurs du capitalisme italien (Diego Della Valle, Mediobanca, UnipolSai et Pirelli) se sont inquiétés de voir leur échapper le contrôle du premier quotidien de la péninsule et ont soutenu la contre-OPA lancée par Andrea Bonnoni le 16 mai 2016. Urbano Cairo l’a finalement emporté, son offre sur RCS lui ayant permis de réunir 48,8 % du capital fin juillet 2016, contre 37,7 % pour l’offre soutenue par Andréa Bononi. L’homme d’affaires issu de la publicité et qui a développé un groupe indépendant de médias prend donc le contrôle de RCS Mediagroup, les actionnaires ayant souscrit à l’offre concurrente devant lui apporter 13 % du capital du groupe.

Pour la première fois depuis sa création en 1984 sous les auspices du capitalisme italien, RCS Mediagroup va intégrer un véritable groupe de médias et pouvoir bénéficier de synergies et d’expertises nouvelles. Cairo Communication est né en effet en 1995 comme un groupe de publicité, afin de gérer notamment les espaces publicitaires pour des magazines tiers. Mais le groupe a très vite constitué sa propre offre de magazines, pour atteindre en 2016 deux millions d’exemplaires vendus chaque semaine. En 2013, le groupe s’est encore diversifié avec la reprise de La7, une chaîne de télévision auparavant contrôlée par Telecom Italia, qu’il a relancée et développée. C’est ce qui va être désormais tenté avec le Corriere della Serra.

Sources :

  • « Le propriétaire du Corriere della Serra change de mains », Olivier Trosseri, Les Echos, 19 juillet 2016.
  • « Le Corriere della Serra change de mains », Richard Heuzé, Le Figaro, 20 juillet 2016.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE