Articles & chroniques

Articles & chroniques

Il s’agit ici d’engager une réflexion sur la signification que revêt un thème d’actualité ainsi que les commentaires qu’il est susceptible d’appeler.

Un réseau global d’investigation, la France pratiquement absente

Depuis dix ans, un changement majeur s'est opéré dans le domaine du journalisme d'investigation, à l’écart des journalistes français. Il s'agit de l'émergence d'un réseau mondial d'enquêteurs, qui ont créé des outils et des capacités dont on n’avait même jamais osé rêver auparavant. Au premier rang parmi les tendances majeures du journalisme d'investigation tout au long de la dernière décennie, on trouve les membres du Global Investigative Journalism Network (GIJN). L’histoire de ce mouvement a débuté en 2001, lorsque deux personnalités marquantes du métier de journaliste enquêteur, Brant Houston et Nils Mulvad, ont lancé un appel afin d’organiser une réunion à Copenhague. A l'époque, Brant Houston était le directeur exécutif des Investigative Reporters and Editors Inc. (IRE), l’association la plus importante de journalistes enquêteurs, aux Etats-Unis et dans le monde, avec plusieurs milliers d'adhérents. Quant à Nils Mulvad, il a fondé le Danish Institute for Computer Assisted Reporting (DICAR), à l'instar de Brant Houston, qui auparavant avait publié le manuel phare sur les techniques informatiques...

Canal+ redessine le paysage audiovisuel français

Après s’être imposé sur le marché de la télévision payante en neutralisant ses concurrents, le bouquet TPS puis celui d’Orange, le groupe Canal+ érige en France le barrage qui lui permettra de résister à la télévision connectée. Pour contrôler la chronologie des médias et s’assurer de l’exploitation optimale de contenus nationaux exclusifs, il s’installe sur la TNT en clair et lance ses premières offres de vidéo à la demande par abonnement. Les autorités de régulation et de concurrence semblent ici en retrait par rapport à une stratégie qui dicte son avenir au paysage audiovisuel français. L’année 2011 amorce la reconfiguration en profondeur du paysage audiovisuel français La loi du 5 mars 2007 relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur avait fait de 2011 l’année où le paysage audiovisuel français devait connaître sa grande mutation. Cette dernière s’est bien produite, mais certainement pas comme les autorités publiques avaient pu l’imaginer. En effet, à l’occasion de l’extinction définitive du signal analogique...

Internet et la présidentielle française

Au lendemain de l'élection d’Obama, nous avions demandé à Bruno Jeanbart, directeur des études politiques et d'opinion d'OpinionWay, ainsi qu’à Benoît Thieulin, directeur de l'agence internet La Netscouade, d'identifier le rôle d'Internet dans la campagne présidentielle américaine de 2008 (voir REM n°9, p.57). Depuis cette date, les réseaux sociaux, avec Facebook et Twitter pour chefs de file, ont été consacrés solennellement moyens d'information à part entière, à la faveur notamment de leur rôle, négligeable pour certains et décisif pour d’autres, dans les manifestations au sein du monde arabe, au lendemain de l'immolation en Tunisie de Mohammed Bouazizi, en décembre 2010 (voir REM n°18-19, p.60). Parce qu’ils continuent d’innover sur Internet, et également en qualité d’observateurs chercheurs, Bruno Jeanbart et Benoît Thieulin ont accepté de répondre à nos questions, pas les mêmes aujourd’hui que celles d'hier, à quelques semaines seulement de l'élection présidentielle française. Ils nous livrent, chemin faisant, leur appréciation sur le rôle d'Internet, dans les campagnes française et américaine de 2012. • Bruno Jeanbart, «...

Big Data : de l’automatisation de la recommandation aux environnements immersifs

Entré très récemment dans le discours des décideurs du numérique, le big data naît à la fin des années 1990, au moment même où le web, en se déployant, allait dépasser les capacités humaines de traitement de l’information. Depuis cette date, le traitement de l’information ajoute couche de données sur couche de données, et multiplie les relations entre objets connectés. Il reconstitue ainsi par des programmes algorithmiques un univers qui, à l’origine virtuel, pénètre aujourd’hui dans l’environnement matériel de chaque internaute. Du medium au supercalculateur S’il est difficile, voire impossible, de donner une définition précise des médias, au moins le terme indique-t-il par son étymologie (le pluriel de medium en latin, l’intermédiaire, ce qui se trouve au milieu) que la fonction du média est d’abord d’organiser la circulation d’un message entre un émetteur et un récepteur. Et cet émetteur, par le prisme du média, façonne immanquablement le message, participant de facto à l’intermédiation entre, d’un côté, la nouvelle ou le contenu de divertissement qui est...

Internet : Plaidoyer pour un système d’exploitation souverain

L’informatique en réseau, en progrès constant, prend une part croissante dans tous les secteurs de l’économie. L’informatique en réseau accroît l’efficacité des organisations et des modes de production et par conséquent en capte et concentre la valeur. Exemples : les services bancaires en ligne, la consommation de musique, la réservation de voyages, la lecture des journaux, la recherche documentaire... Demain, il n’y aura pas une industrie ou un métier de services où l’informatique ne sera pas la clé de la compétitivité, de la productivité et donc de la survie.
 Les réseaux informatiques et au premier chef, l’Internet, le réseau des réseaux, sont d’une telle efficacité qu’ils ne viennent pas s’ajouter à l’économie que nous connaissons : ils la remplacent. Les obstacles à ce remplacement que sont la confiance du public, les positions installées et les réglementations ne tiennent pas le choc. Exemple : les chauffeurs de taxi soudain en compétition avec Uber, application de réservation de véhicules de tourisme sur mobile. Les moteurs de cette mutation sont des entreprises...

Décembre 2006 : le vrai faux journal de la RTBF

Le 13 décembre 2006, la RTBF, la chaîne publique de la télévision belge francophone, peu après 20 heures, interrompit brutalement son journal pour une émission spéciale. Le journaliste vedette de la chaîne annonça « une crise majeure au sommet de l’Etat » : la proclamation de son indépendance par la Flandre, la fuite du couple royale vers Kinshasa, la capitale de l’ex-Congo belge, les scènes de liesse dans les rues d’Anvers. L’émission de politique-fiction, préparée dans le plus grand secret depuis deux ans sous le nom de code BBB - Bye-bye Belgium-, continue de diviser, deux mois plus tard, les politiques, les journalistes et les téléspectateurs eux-mêmes, au-delà même des frontières de la Belgique. Il s’agissait, selon les dirigeants de la chaîne, d’ouvrir un débat interdit, d’évoquer la question de l’unité nationale, réservée trop souvent selon eux aux seuls initiés, du moins aux seuls partisans de la sécession. Il faudra attendre encore quelques mois pour leur donner raison : la parole aura-t-elle été donnée à...

La diversité culturelle à la radio

A l’occasion d’un amendement sur les quotas de chansons francophones à la radio, le débat sur la régulation nationale à l’heure des plates-formes mondiales de l’internet a ressurgi. Il révèle les enjeux associés au légitime souci de diversité dans un contexte où certains acteurs échappent aux régulations les plus contraignantes. Avec la directive Télévision sans frontières de 1989, l’Union européenne inventait le protectionnisme audiovisuel comme condition d’une libéralisation des échanges commerciaux. C’est bien là le paradoxe de l’approche : les quotas d’œuvres européennes, dirigés donc contre la production extra-communautaire, ont été instaurés en échange de la création d’un marché unique de l’audiovisuel et du cinéma en Europe, qui depuis est resté embryonnaire. Le marché unique du cinéma et de l’audiovisuel n’a jamais vraiment été construit En effet, le marché unique du cinéma et de l’audiovisuel n’a jamais vraiment été construit, ce dont témoigne encore le projet de directive sur le marché unique du numérique qui devrait imposer la portabilité des droits pour les abonnés nationaux seulement. Presque...

Quand la publicité migre vers Internet

Si l’arrivée d’Internet sur le marché de la publicité a permis de tirer la croissance du marché publicitaire dans son ensemble depuis 2003, elle ne saurait masquer un phénomène nouveau où les éditeurs de services s’accaparent de plus en plus de recettes publicitaires comptabilisées dans le marché médias, autrefois exclusivement destinées à financer les médias « traditionnels » et leurs contenus. La publicité n’est plus, désormais, le territoire des seuls médias, qui sont confrontés à un problème de valorisation de leur audience lié à l’écart grandissant entre une offre d’espaces démesurée et la demande des annonceurs. En un peu plus d’une décennie, depuis le lancement des premiers sites Web au milieu des années 1990, le marché publicitaire a connu une révolution sans précédent. Avec Internet, un nouveau support de communication est apparu qui a progressivement redessiné les cartes du marché en prenant aux médias une partie des investissements des annonceurs. Un marché publicitaire bouleversé par l’arrivée d’Internet, qui a fait perdre leur monopole aux médias...

L’égalité hommes-femmes et les médias audiovisuels

Julien Plubel, Danielle Sartori Comment traduire la politique en faveur de l’égalité hommes-femmes en instruments de régulation des médias audiovisuels ? La question des droits des femmes affleure dans les débats de société depuis plusieurs années, elle est inscrite dans le cadre d’une politique publique clairement affichée en France avec la recréation, en 2012, d’un ministère des droits des femmes. S’agissant du secteur des médias, c’est seulement en 2008 que s’engage une réflexion sur la question de l’image des femmes dans les médias, avec la mise en place de la commission sur l’image des femmes dans les médias, pérennisée en 2009, à la demande de François Fillon, Premier ministre. Cette commission a publié deux rapports et a proposé aux médias (télévision, radio, presse) une démarche d’autorégulation qui a abouti à la signature d’un acte d’engagement tripartite, en octobre 2010. Cette démarche d’autorégulation, limitée de surcroît aux seuls signataires de l’acte, a produit peu d’effets et le législateur a souhaité repenser le cadre général français...

Les communs : la théorie du milieu

Le capitalisme numérique ravive paradoxalement la philosophie du partage A la mesure de la place qu’elle occupe dans les médias, « l’économie de partage » (sharing economy) ou « économie collaborative » est devenue une expression courante. Pas un jour sans que soit publiée une chronique sur ce sujet, auquel est désormais associée la notion de « communs ». Dans une société fragilisée par les bouleversements majeurs liés à l’impact de la numérisation sur l’ensemble des secteurs d’activité, on pourrait s’attendre à plus de pertinence. Or de nombreux discours d’experts, économistes ou non, sèment la confusion. Il serait pourtant bien utile de mener une réflexion, au-delà des clivages politiques et des lobbies, sur les phénomènes que désignent ces deux expressions. Un florilège d’idées reçues donne le ton du discours idéologique qui encadre les communs et l’économie de partage. Les premiers « opposeraient gratuité et sphère marchande » ou « désigneraient l’ensemble des biens matériels ou immatériels mis en partage », tandis que la seconde serait « synonyme...

La liberté de la presse : hyperliberté ou liberté absolue ?

Les événements tragiques dont la France a été le théâtre, entre le 7 et le 9 janvier 2015, ont ouvert à nouveau le débat sur la liberté de la presse, cette forme canonique de la liberté d’expression. Quelles sont ses limites ? Qui doit les fixer ? En sanctionner le franchissement ? Peut-on tout dire ? Tout montrer ? Tout moquer, tout caricaturer ? Les foules rassemblées autour d’un même slogan, le 11 janvier, ont rétabli, aux yeux de tous, à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières, l’éminence, la prééminence devrait-on dire, de la liberté de la presse. Ce n’est sans doute pas un hasard si le même mot « presse » désigne l’outil, cette machine à imprimer inventée par Gutenberg, la mission que les siècles lui ont assignée, informer les citoyens, permettre aux hommes de s’exprimer, de communiquer entre eux et, enfin, un idéal, servir la démocratie, dont le destin est inséparablement lié au sien. Car la presse, à travers sa diversité, est l’acteur, le témoin...

Le nouveau paysage de la presse quotidienne française (2/2)

PQR : la poursuite de la concentration s’accompagne d’un désengagement de la presse gratuite d’annonces Le Crédit Mutuel a pu prendre le contrôle de l’Est Républicain après que le Groupe Hersant Média eut décidé de lui vendre sa participation. Ce dernier a mis également la Comareg en dépôt de bilan pour la restructurer. Enfin, le groupe Sud Ouest a mis fin à ses activités dans la presse gratuite d’annonces et Spir, contrôlé par Ouest France, a cédé leboncoin.fr pour se désendetter. Le groupe Centre France-La Montagne poursuit de son côté la consolidation du marché en s’emparant progressivement de tous les titres encore isolés dans le centre de la France. Le Crédit Mutuel s’empare de l’Est Républicain et dispose désormais d’un pôle de presse quotidienne régionale unifié sur tout l’est de la France Après avoir pris le contrôle d’EBRA en 2009, qu’il partageait jusqu’alors avec l’Est Républicain, le Crédit Mutuel est finalement parvenu à s’emparer de la totalité du capital de l’Est Républicain, la pièce qui lui manquait...