Recherche en temps réel

    Indexation instantanée des informations par les moteurs de recherche au moment de leur publication sur le Web, afin de les agréger et de les intégrer en temps réel aux pages de résultats proposés. Initialement utilisée pour les sites d’actualités, la recherche en temps réel s’applique désormais aux informations postées sur les sites des réseaux sociaux ouverts, des communautés en ligne, des blogs ou encore du microblogging Twitter. La recherche en temps réel donne naissance au Web temps réel, ou Web de flux, qui diffuse en continu des millions d’informations publiées quotidiennement, ainsi que leurs nombreuses mises à jour, à travers des millions de blogs, de comptes Facebook et MySpace, de tweets.

    En mars 2009, Twitter a lancé une application de recherche sur son propre service. Fin 2009, Microsoft et Google se sont lancés à leur tour dans la recherche en temps réel, en ajoutant à leurs pages de résultats les informations émanant des sites de socialisation simultanément à leur mise à jour. L’instantanéité du microblogging promu par Twitter a démodé quelque peu les moteurs de recherche classiques en révélant leur délai d’actualisation, jugé désormais trop lent, comme l’a démontré « l’effet Twitter » lors des manifestations de juin 2009 en Iran (voir le n°12 de La revue européenne des médias, automne 2009).

    Partager les informations affichées sur son mur dans Facebook avec « tout le monde » prend tout son sens, puisque cela revient désormais à les communiquer au monde entier. Des options seront cependant proposées afin de permettre aux Facebookers (comme sur MySpace) de déterminer les contenus qu’ils souhaitent ou non laisser à la libre indexation des moteurs de recherche.

    Il est possible d’opérer un tri parmi le flux d’information par exemple en sélectionnant, les seuls articles de presse ou les seuls messages émanant des réseaux sociaux ou les posts sur les blogs : autant de sources d’information moins conventionnelles que celles répertoriées jusqu’ici par les grands moteurs de recherche et pouvant se révéler dans certains cas plus instructives. Dans le courant de l’année 2010, les outils de recherche instantanée devraient être utilisés pour la totalité des réseaux sociaux et disponibles en plusieurs langues. Nombreuses sont les start-up qui développent aujourd’hui ces moteurs de recherche de nouvelle génération, dont les fonctionnalités s’apparentent à celles de la messagerie instantanée, le chat. L’application Aardvark permet à des internautes membres de réseaux sociaux de répondre en temps réel aux interrogations qui leur sont posées. La version bêta du site Almost.at, selon son slogan « Following People at Real-World Events in Real-Time », permet de suivre en continu les informations postées ayant trait à un sujet déterminé sur Twitter, sur Flickr ou TwitPic pour les photos, sur YouTube pour les vidéos et sur le Web, pour des liens hypertextes. Ces nouveaux outils de recherche instantanée transforment le Web en média de flux, à l’instar de la télévision ou de la radio, en permettant une actualisation en continu des informations indexées. La start-up Kosmix, sur laquelle a notamment misé le groupe Time Warner, est spécialisée dans l’agrégation de contenus en provenance de milliers de sources différentes, y compris des sites d’information en temps réel. Particulièrement efficace pour une requête sur un sujet assez large, ce moteur de recherche affiche une somme cohérente de résultats sur une seule page, composée de vidéos, de textes, d’images, de messages de sites sociaux, d’opinions et, en complément, les résultats qui auraient été obtenus par Google uniquement.

    Le Web temps réel offre également aux internautes la possibilité d’interagir sur des documents de toute nature mis en ligne comme des textes, des photos, des cartes… En décembre 2009, Google a soumis à l’ingéniosité des développeurs sur le Web un nouvel outil de collaboration en direct baptisé Wave. Celui-ci permet aux utilisateurs préalablement inscrits d’alimenter une discussion sur un sujet donné, une wave, en apportant en temps réel des informations, appelées blips. Chaque participant peut suivre en direct les contributions des uns et des autres et les corriger ou les annoter instantanément. Wave tient à la fois de la messagerie instantanée, pour la fluidité des échanges, et des forums, pour le travail évolutif et collaboratif qu’ils permettent. Il devient possible ainsi de rédiger un compte rendu de conférence ou de réunion en agrégeant tous les messages postés en continu par les personnes qui y assistent. Cet outil pourrait également permettre l’apprentissage à distance agrémenté des corrections en direct de l’enseignant. La recherche en temps réel, qui en est à ses débuts, est prometteuse de nombreux nouveaux usages, dont certains concernent d’ores et déjà le monde de la finance, le secteur des jeux en ligne ou le journalisme. Le quotidien américain Seattle Times a récemment ouvert une wave au public, afin d’alimenter en direct la rédaction d’un article à propos d’une enquête policière en cours.

    En attendant le développement à grande échelle de ces outils, à des fins professionnelles ou pédagogiques, la recherche en temps réel contribuera à alimenter la pratique déjà très répandue du buzz sur Internet. Mille messages par seconde et entre 5 et 10 millions de liens transiteraient chaque jour par Twitter.

    REM N°13, Hiver 2009-2010

    PARTAGER
    Article précédentTV connectée
    Article suivantWeb invisible
    Ingénieur d’études à l’Université Paris 2 - IREC (Institut de recherche et d’études sur la communication)

    LAISSER UN COMMENTAIRE