L’habitude d’aller au cinéma se perd

C’est la première raison invoquée par les spectateurs qui déclarent aller moins ou plus du tout au cinéma, quasiment un sur deux (48 %), selon une étude publiée par le CNC.

En France, les salles de cinéma sont restées fermées 162 jours en 2020 et 138 jours en 2021 ; la réouverture s’est faite le 19 mai 2021 sous contraintes (port du masque, jauge de remplissage des salles, couvre-feu, passe sanitaire, passe vaccinal) ; le retour à une situation normale date du 14 mars 2022.

Malgré cette longue période d’inactivité, la France reste le premier pays européen en nombre de spectateurs avec 95,5 millions d’entrées en 2021, une baisse de 55 % par rapport à 2019 contre -58 % au Royaume-Uni, -65 % en Allemagne et -75 % en Italie. En année glissante, depuis la réouverture des salles le 19 mai 2021, la fréquentation des salles de cinéma a chuté de 28 %, comparé à la moyenne de 2017 à 2019. Avril 2022, premier mois complet sans restrictions sanitaires, enregistre 23 % de spectateurs en moins par rapport à avril 2019.

En 2021, 32,7 millions de Français sont allés au moins une fois au cinéma dans l’année, contre 42,2 millions en moyenne pour la période 2017-2019, ce qui représente 51,4 % de la population en 2021, contre 67,1 % pour 2017-2019. Cette tendance à délaisser le cinéma en salle concerne toutes les classes d’âge, avec plus ou moins d’ampleur. Comparer le taux de fréquentation en 2021 à la moyenne 2017-2019 montre une baisse relativement moins importante chez les 15-24 ans et les 60 ans et + (respectivement -10,5 % et -13,7 %) qui ont davantage renoué avec cette habitude de sortie, tandis que le recul est nettement plus marqué pour les autres tranches d’âge : -20 % pour les 35-49 ans et -18,2 % pour les 25-34 ans, comme pour les 50-59 ans.

Le cinéma en salle est-il en passe de devenir un loisir occasionnel pour les trentenaires ? En nombre d’entrées par spectateur, toutes tranches d’âge confondues, la chute atteint en moyenne 41 % en 2021 (avec 2,9 entrées) par rapport aux années 2017-2019 (avec 4,9 entrées). Avec 64 % d’entrées en moins, la désaffection pour le cinéma en salle est particulièrement visible chez les 25-34 ans, poursuivant son déclin en 2021 (avec 1,6 entrée). Cette baisse importante se démarque de celle d’autres classes d’âge : -40 % pour les 15-24 ans (avec 3 entrées en 2021) et « seulement » -28 % pour les 60 ans et + (avec 5 entrées en 2021).

Commandée par le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée), une enquête* livrée à l’occasion du 75e Festival de Cannes donne quelques pistes pour comprendre les motivations de 48 % des spectateurs qui n’ont pas regagné au même rythme les salles de cinéma depuis leur réouverture : 34 % déclarent y aller moins souvent et 14 % ne plus y aller. Parmi les 52 % des personnes interrogées qui fréquentent toujours les salles obscures, 43 % disent s’y rendre autant qu’avant et 9 % plus souvent. Sont surreprésentés parmi les infidèles au cinéma en salle : les 25-59 ans (54 %), les actifs (52 %) et les habitants de l’Île-de-France (54 %).

Dans le détail, la perte de l’habitude d’aller au cinéma concerne 53 % des retraités et 51 % des 60 ans et + mais également 41 % des 50-59 ans. S’ajoute une autre catégorie : 42 % des abonnés SVOD (services de vidéo à la demande par abonnement). Les films perdent en visibilité auprès de ces publics qui n’ont plus accès aux bandes-annonces en salle, principale source d’information sur les films à l’affiche pour plus de 50 % des spectateurs.

Le prix du billet est un argument dissuasif pour 46 % des 35-59 ans, pour 42 % des CSP+ et pour 38 % de ceux qui n’ont pas de carte d’abonnement illimité. À noter que ces cartes représentent moins de 10 % des entrées.

Quant à la préférence pour regarder des films sur d’autres supports, cet argument rassemble 36 % des 15-34 ans, 35 % des abonnés SVOD, 30 % des inactifs et 28 % des habitants de la province.

Enfin, trop peu de films sortis depuis la réouverture donnent envie d’aller au cinéma selon 30 % des 60 ans et + et 24 % des 50-59 ans, mais également selon 27 % des CSP+ et 24 % des abonnés SVOD. En 2021, comme les années précédentes, les spectateurs âgés de 50 ans et + ne dépassent généralement pas le quart du public des films américains, offre qui domine habituellement le palmarès. En revanche, les 50 ans et + représentent largement plus de la moitié du public des films français. À l’inverse, s’agissant du goût du jeune public, sur les 82 films ayant attiré un public composé d’au moins 30 % de 15-24 ans lors de leur sortie en salle entre 2017 et 2021, 67 sont américains contre 7 français seulement, les deux genres dominants étant par ailleurs les films d’aventures (26) et les films d’horreur (22).

Pour un quart des personnes interrogées ayant déclaré « aller moins souvent ou plus du tout au cinéma », des événements à tarifs réduits leur redonneraient l’envie d’aller au cinéma. Quant aux personnes ayant déclaré « aller autant ou plus souvent au cinéma »la raison pour revenir en salle qui emporte 51 % des suffrages est « juste voir un film ».

* Enquête réalisée en ligne par Institut Vertigo du 2 au 6 mai 2022 auprès de 1 176 Français âgés de 3 ans et +.

Source :

  • « Pourquoi les Français vont-ils moins souvent au cinéma ? », Cécile Lacoue, directrice des études, des statistiques et de la prospective, Centre national du cinéma et de l’image animée, www.cnc.fr, 23 mai 2022. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here