Le français Medialive invente un autre procédé de protection des données numériques

982

Parce que les mesures techniques de protection, ou Digital Rights Management (DRM), sont toujours très vite contournées, l’entreprise française Medialive a imaginé un procédé original de protection des fichiers numériques audio et vidéo. Ce procédé consiste à rendre disponible, sans cryptage, 99 % du contenu du fichier audiovisuel, le 1 % des données restantes étant supprimé. Le fichier est alors visible, mais de très mauvaises qualité, au point d’être à peine reconnaissable. Une fois le droit de visionnage acheté, une clé est envoyée pour lire le fichier qui contient simplement le 1 % de données manquantes.

Selon son inventeur, Daniel Lecomte, qui a fondé Medialive en 2000, ce procédé échappe à toute forme possible de piratage dans la mesure où il ne propose pas une protection supplémentaire ajoutée au fichier, mais à l’inverse fonctionne par amputation : « Ce qui manque à chaque fichier est unique, car propre à son contenu. Même moi, l’inventeur du système, je serais incapable de reconstituer un fichier protégé », explique Daniel Lecomte. Medialive, qui entend se rémunérer en licenciant son procédé, a d’ores et déjà passé un accord avec l’opérateur Colt Communications.

Source :

  • « Medialive protège les contenus numériques en enlevant des données », Franck Niedercorn, Les Echos, 16 – 17 février 2007.

LAISSER UN COMMENTAIRE