Tele Jato : la plus petite chaîne italienne au service d’une grande cause

629

Décerné par le quotidien Corriere della Sera, le prix international du journalisme Maria Grazia Cutuli, a été attribué à Letizia Maniaci, une jeune journaliste sicilienne pour son engagement dans la lutte anti-mafia au sein de Tele Jato, la plus petite chaîne de télévision italienne.

L’histoire de Tele Jato est entièrement liée à celle de la famille Maniaci, métamorphosée en rédaction journalistique professionnelle. En 1999, Pino Maniaci parvient à racheter la fréquence d’un canal de télévision ayant appartenu au Parti communiste et lance l’unique chaîne de proximité de la Sicile, dans le village de Partinico, non loin de Palerme.

Installée au cœur d’une zone géographique à forte présence mafieuse, Tele Jato s’est donné pour mission de montrer ce qui ne se dit pas. Se déclarant « apolitique », Pino Maniaci refuse de s’inscrire dans la lignée de Radio Aut, rendue célèbre pour avoir révélé, dans les années 1970, les crimes du clan Badalamenti. Il dit se contenter de filmer ce qui se passe autour de lui, en prise directe. Ainsi la chaîne a-t-elle été la première à annoncer que Giusi Vitale, l’épouse d’un des chefs de Cosa Nostra, s’était repentie. Tout simplement en ayant été témoin de l’arrivée des carabiniers à l’école du village, venant chercher les enfants de Guisi Vitale pour les mettre à l’abri, comme l’explique Patrizia Maniaci.

Tele Jato est reçue dans 22 communes de la province de Palerme ; tout au plus 150 000 spectateurs peuvent suivre chaque jour le journal « anti-mafia » de la mi-journée. Avec seulement trois minutes de publicité autorisées par heure, ses moyens sont limités et le matériel technique utilisé d’un autre âge.

Constamment attaquée en justice par ceux dont elle dénonce les agissements illégaux, à l’instar d’Antonia Bertolino, belle sœur d’Angelo Siino, « l’ex-ministre des travaux publics de Cosa Nostra » et propriétaire de la plus grande distillerie d’Europe qui pollue le village depuis plus de cinquante ans, Tele Jato est obligée de se protéger. Les responsables d’édition changent souvent. Un des plus célèbres fut l’actuel président de la Commission anti-mafia, Francesco Forgione. La sécurité des journalistes passe aussi par les nombreux contacts que la chaîne noue avec d’autres organes d’information ou associations anti-mafia. Pino Maniaci a déjà été victime de deux attentats.

Sources:

  • « Italie : sur Tele Jato, toutes les vérités sont bonnes à dire », Chiara Dino, DWeb, La Repubblica de le Donne in Courrier international, 20 juillet 2007.
  • « Una ragazza felice : “Il mio ragazzo e la tv” », lesiciliane.org/casablanca.

LAISSER UN COMMENTAIRE