Le groupe suisse Ringier et l’allemand Springer fusionnent leurs activités en Europe de l’Est

449

Alors que les deux groupes de médias, encore contrôlés par des capitaux familiaux, avaient envisagé il y a quelques années une fusion, c’est finalement sur les marchés d’Europe centrale et de l’Est qu’ils ont annoncé, le 24 mars 2010, la création d’une coentreprise ( joint venture) détenue à parité. Baptisée Ringier Axel Springer Media AG, celle-ci regroupera les activités de Ringier en Serbie, en Slovaquie, en République tchèque et en Hongrie, et les activités de Springer en Pologne, en République tchèque et en Hongrie. Les deux groupes étaient déjà parmi les premiers acteurs de la presse tabloïd et magazine sur ces marchés, investis après la chute du communisme. En fusionnant leurs activités, ils créent un leader susceptible d’entrer en Bourse d’ici trois à cinq ans.

La nouvelle entité correspond à un chiffre d’affaires de 414 millions d’euros en 2009 pour 4 800 employés, 3 100 venant de Ringier et 1 700 de Springer. Elle cumule les positions de leader de Springer en Pologne avec Fakt et de Ringier en République tchèque avec Blesk pour au total une centaine de titres et 70 offres en ligne. Lors de l’annonce de la coentreprise, les deux groupes n’ont pas mentionné les économies attendues des synergies nouvelles ou une éventuelle réduction d’effectifs. En revanche, pour Ringier, la coentreprise dispose d’une taille critique permettant de réaliser des investissements dans le numérique qui n’auraient pas été possibles autrement. Un investissement de 300 millions d’euros dans le numérique est d’ailleurs prévu. L’apport de Ringier, le plus important, a été compensé par Springer, qui lui a versé une compensation de 125 millions d’euros et investira 50 millions d’euros supplémentaires dans la joint venture.

Sources :

  • « Axel Springer and Ringier in Europe Venture », Haig Simonian, The Financial Times, 24 mars 2010.
  • « Ringier et Axel Springer visent la place de leader en Europe de l’Est », Yves Hulmann, Le Temps, 25 mars 2010.
  • « Le groupe de médias suisse Ringier mise sur le numérique et maintient le cap à l’Est », A.F., Les Echos, 27 mai 2010.

LAISSER UN COMMENTAIRE