Lagardère se sépare de 10 titres de presse magazine

855

En cédant aux groupes Rossel et Reworld Media 10 titres de presse magazine, le groupe Lagardère fait émerger un acteur majeur de la presse magazine en France, Reworld Media, et donne en même temps la possibilité au belge Rossel de se diversifier dans la presse magazine.

En décidant, en octobre 2013, de mettre en vente, non seulement le pôle art de vivre, sur le marché depuis juin 2013, mais également 10 titres de presse magazine sur les 39 que compte le groupe, Lagardère a confirmé son recentrage sur ses activités les plus rentables (voir REM n°29, p.31). La presse est sacrifiée à l’exception des marques fortes, conservées sur le seul marché français. Les 10 titres mis en vente représentent 20 % de l’effectif de Lagardère Active, soit 240 personnes, dont la moitié de journalistes. Pour finaliser la cession de ses titres, le groupe Lagardère avait d’ailleurs posé comme conditions la reprise du personnel, un engagement de non-licenciement pendant un an, et annoncé privilégier les candidats au rachat proposant une offre sur l’ensemble des titres, offre qui devait être associée à un projet industriel prometteur. Ces conditions, pour un ensemble de titres représentant 48 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel, mais 2 millions de pertes environ, ont d’ailleurs conduit le groupe Lagardère à prendre à sa charge le financement de la clause de cession, un montant estimé entre 5 et 15 millions d’euros.

Fort de ces exigences, et après avoir reçu l’ensemble des offres des repreneurs, le groupe a finalement préféré l’offre conjointe Reworld Media-Rossel à celle défendue par Didier Quillot, autrefois à la tête de Lagardère Active, ou encore à celle de Marc Laufer, propriétaire des magazines 01Net et 01Business. Confirmée le 2 avril 2014, la vente des 10 titres à Reworld Media et Rossel se fait pour l’euro symbolique et même à prix négatif pour Lagardère qui finance la clause de cession. Les deux groupes, Rossel et Reworld Media, se partagent les titres. Lagardère devrait ainsi récupérer une partie de sa dépense auprès du groupe belge Rossel qui rachète Psychologies Magazine, seule pépite du lot mis en vente, cette fois-ci à prix positif, LesEchos avançant un montant de 5 millions d’euros pour un titre qui était encore valorisé 60 millions d’euros en 2008. Le vrai montant du rachat doit donc se lire dans les sommes que les repreneurs investiront pour la relance des titres et leur développement numérique, insuffisant de l’aveu même de Lagardère. A cet égard, c’est du côté de Reworld Media que les investissements seront les plus conséquents, son PDG, Pascal Chevalier, s’étant déclaré prêt à investir 10 millions d’euros sur trois ans. Au-delà de l’investissement dans les titres achetés, Reworld Media, qui s’impose grâce à ce rachat comme un acteur majeur de la presse magazine en France, ambitionne de poursuivre ses acquisitions pour devenir l’un des leaders du marché à l’horizon 2017, avec un chiffre d’affaires visé de 300 millions d’euros, quand l’opération Lagardère lui permet de faire passer son chiffre d’affaires de 27 à 60 millions d’euros.

Reworld Media récupère précisément 8 magazines : Be, Pariscope en version papier uniquement, Maison & travaux, Le Journal de la maison, Campagne décoration, Mon jardin & ma maison, Auto Moto et Union. Parmi ces 8 titres, Auto Moto est rentable, les magazines décoration sont à l’équilibre et Be est déficitaire, mais le titre bénéficie d’une marque forte parce que moderne. Or il s’agit de la spécialité de Reworld Media : exploiter les marques dans l’univers numérique et en assurer la déclinaison sur différents supports. Be vient en outre rejoindre d’autres marques fortes, comme Marie France rachetée au groupe Marie Claire en janvier 2013. Enfin, le pôle décoration peut rejoindre le pôle thématique constitué par les titres rachetés au groupe Springer en juin 2013 : Vivre en Grand, Vie pratique féminin, Vie pratique santé, Gourmand, Papilles, Télé Magazine, enfin la version papier de Marmiton et Doctissimo.

Les deux autres titres mis en vente, Psychologies et Premiere, ce dernier étant déficitaire, sont repris par le belge Rossel associé à Edition Ventures, l’éditeur en Belgique de Psychologies et Elle, sous licences Lagardère. Rossel conserve en fait Premiere, signant ici son incursion dans la presse magazine en France, après s’être déployé dans la presse quotidienne régionale avec le Groupe La Voix du Nord et le pôle Champagne Ardennes repris à Groupe Hersant Media en 2012 (voir REM n°25, p.23). Des synergies entre Premiere et les titres belges de Rossel, au premier rang desquels le quotidien Le Soir, sont par ailleurs envisagées.

Sources :

  • « Cinq offres globales pour les dix titres de Lagardère », Alexandre Debouté, Le Figaro, 25 février 2014.
  • « Rossel et Reworld Media s’offriraient dix magazines de Lagardère », Fabienne Schmitt, Les Echos, 31 mars 2014.
  • « Reworld et Rossel Media s’offrent dix magazines de Lagardère », Fabienne Schmitt, Les Echos, 3 avril 2014.
  • « La cession des titres Lagardère met de nouveaux éditeurs sur le devant de la scène », Didier Falcand, Les Clés de la presse, 4 avril 2014.

LAISSER UN COMMENTAIRE