Dans l’Yonne, on construit sa propre connexion internet

Alors que les fournisseurs d’accès à internet se targuent d’une couverture mobile 4G proche de 98 % du territoire, bon nombre d’habitants en zone rurale sont toujours exclus d’internet.

« Qu’on nous mette d’abord la 1G, ce serait bien » dit Denise, 58 ans, habitante de Plainefas, sur la commune de Saint-Martin-du-Puy, dans le Morvan. À une centaine de kilomètres de là, des habitants de l’Yonne ont créé une société coopérative pour coconstruire leur propre connexion au réseau internet. Avec succès.

La Société coopérative d’aménagement numérique icaunaise (Scani), au statut de société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), a officiellement été créée en 2016. C’est l’un des trente fournisseurs d’accès internet associatifs et locaux en France, regroupés au sein de la Fédération des fournisseurs d’accès internet associatifs (FFDN). « Nous opérons notre propre réseau dans l’Yonne depuis dix ans, chaque utilisateur est copropriétaire du réseau et peut influer sur l’avenir de son accès à internet » annonce le site web de la coopérative. Membre actif depuis sa création, Bruno Spiquel précise : « On prend de l’internet là où il fonctionne pour l’amener là où il n’y en a pas. » Ce réseau d’accès à internet, construit sur mesure, repose sur l’installation d’antennes radio qui orientent les ondes de connexions internet ayant un débit performant vers des zones blanches où se situent les sociétaires, plutôt que les clients. En effet, tous les habitants participent au réseau, et certains, selon leur position géographique, se font installer chez eux une antenne radio. Propriétaire à Poilly-sur-Tholon en Auvergne, Stéphane Gendrin n’avait jamais eu de débit supérieur à 500 Ko avant de rejoindre la coopérative. « Nous avons d’abord installé une antenne sur le clocher de l’église du village. Mais pour connecter les habitants de mon hameau, il nous fallait un autre relais. En haut de la colline, en face de chez moi, il y a un silo agricole. C’était parfait. Mais le propriétaire a refusé, jusqu’à ce qu’il ait lui-même besoin d’un débit correct pour traiter ses données pendant les moissons », explique-t-il à Jean-Marc Engelhard, journaliste au quotidien Le Monde.

Pylône, silo à grains, château d’eau ou même clocher d’église, l’internet circule sur ce réseau d’antennes radio créé et maintenu par la coopérative et ses bénévoles qui représentent, selon la Scani, « plus de 70 % du temps investi ». Alfred Urban, antenniste et unique salarié à temps plein, procède à l’installation de quatre à cinq « box » par semaine, et s’occupe de l’entretien et de la maintenance des antennes radio. Parmi les 825 sociétaires, ayant investi au minimum 10 euros dans la coopérative, 557 sont des particuliers et les 32 % restants sont des collectivités, des entreprises ou encore des professions libérales.

Dès 2003, des initiatives similaires avaient émergé sur le territoire, notamment après la publication en 2002, par l’Autorité de régulation des télécommunications (ART) – devenue en 2005 l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) – de plusieurs textes visant à assouplir les contraintes réglementaires concernant le Wi-Fi et à permettre de déployer un tel réseau à l’échelle d’un village. L’association Vaournet (Vaour se situant dans le nord-ouest du Tarn) a ainsi créé et maintenu, de 2003 à 2015, un fournisseur d’accès internet local et associatif, en raison, selon ses membres fondateurs, « de la réticence des opérateurs à équiper en ADSL les zones rurales peu peuplées ».

Si certains sociétaires regrettent que la Scani dans l’Yonne ne communique pas davantage sur cette initiative, cette dernière ne compte pas s’arrêter là. La municipalité de Joigny lui a déjà confié la fourniture du réseau internet de ses sept écoles et des bâtiments publics ainsi que le stockage de ses données. En outre, la Scani exploite depuis septembre 2021 les premières lignes de fibres optiques disponibles en dehors d’Auxerre et de Sens, qui permettront, selon la coopérative, « de raccorder directement en fibre ceux qui le souhaitent tout en améliorant grandement le débit des connexions radio déjà en place ».

Sources :

  • « Les débats sur la 5G sonnent dans le vide pour les habitants des zones blanches : “Chez moi, j’ai toujours zéro barre ! ” », Pierre-Louis Caron, francetvinfo.fr, 4 octobre 2020.
  • « Des habitants de l’Yonne s’unissent pour créer un meilleur réseau Internet », Jean-Marc Engelhard, lemonde.fr, 26 août 2021.
  • « Société coopérative d’aménagement numérique icaunaise (Scani) », scani.fr, consulté le 4 octobre 2021.
  • « Association vaour.net », consulté le 4 octobre 2021. 
image_pdf

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here